Hypocondriaque : comment le savoir et comment agir ?

Persistant et plein d’inquiétude, les hypocondriaques recherchent des signes de maladie qui pourraient confirmer leurs soupçons. Ils surveillent constamment les fonctions de leur propre corps et de leurs organes. Les hypocondriaques mesurent parfois la température corporelle et la pression artérielle toutes les heures, ils se scannent constamment pour détecter des bosses ou d’autres changements. Apprenez avec nous comment identifier l’hypocondrie et comment agir face à des personnes hypocondriaques.

L’hypocondrie : un phénomène exclusivement masculin !

Les hypocondriaques se trompent souvent en jugeant des réactions physiques tout à fait normales. S’ils sont vraiment essoufflés après avoir monté quatre étages, ils n’interprètent pas cela comme un signe de manque de forme physique, mais comme le premier signe d’un cancer du poumon.

Des chercheurs des universités considèrent cependant l’hypocondrie comme une maladie rare. Les hommes et les femmes sont à peu près également touchés, toutes les tranches d’âge sont représentées. Le mythe des hypocondriaques exclusivement masculins n’est donc pas tenable.

L’hypocondrie chez les étudiants en médecine

Néanmoins, il existe effectivement des accumulations de comportements hypocondriaques par exemple chez les étudiants en médecine. Ils ont tendance à découvrir en eux-mêmes les symptômes qui font l’objet du présent exposé. En règle générale, cette forme légère d’hypocondrie (« morbus clinicus ») passe rapidement.

Les émissions de télévision sur certaines formes de maladies provoquent également des maladies imaginaires. Dans les jours qui suivent la diffusion d’une émission sur le cancer du côlon, les virus Ebola ou la grippe aviaire, un nombre remarquablement élevé de personnes qui craignent de souffrir précisément de cette maladie signalent aux secrétariats des téléspectateurs des rédactions de télévision et aux médecins en cabinet privé. La simple mention d’une maladie ou des symptômes typiques peut donc être à l’origine des plaintes.

Hypocondrie : causes et déclencheurs

Les causes individuelles jouent généralement aussi un rôle important. Ainsi, les hypocondriaques sont souvent des personnes naturellement anxieuses et prudentes qui ont peur de la maladie depuis la puberté. Ils sont souvent confrontés à une maladie grave ou à un séjour à l’hôpital à un jeune âge.

Parfois, un membre de la famille atteint d’une maladie chronique est le déclencheur.

Un environnement anxieux et surprotecteur joue également un rôle. Par exemple, si l’enfant n’est pas autorisé à aller à l’école en raison d’un rhume inoffensif, mais qu’il est mis au lit.

Même un événement très douloureux comme la mort d’un être cher peut déclencher le trouble.

Diagnostic : Hypochondriaque

Détecter un trouble hypocondriaque n’est pas facile. Tout d’abord, le médecin doit s’assurer qu’aucune des affections physiques redoutées n’existe réellement. Un examen physique approfondi est important. S’il ne trouve aucune maladie, il doit en parler au patient, lui expliquer et essayer de trouver ensemble des solutions possibles.

Différents critères aident également au diagnostic. Comme la peur de la maladie peut également être la conséquence de certaines autres maladies mentales ou être similaire à celles-ci, les médecins doivent envisager ces possibilités.

Par exemple, l’habitude des hypocondriaques de vérifier constamment leurs fonctions corporelles (« Checking Behavior ») rappelle un trouble obsessionnel-compulsif. Tout comme ces patients vérifient constamment la porte ou le four, les hypocondriaques vérifient constamment leur santé.

En outre, la peur constante d’une maladie grave fait monter l’humeur. Environ la moitié des hypocondriaques souffrent également d’une forme de dépression plus ou moins prononcée. Il est donc généralement indispensable de consulter un spécialiste ayant une expérience des hypocondriaques : par exemple, un psychiatre, un psychothérapeute ou un spécialiste en médecine psychosomatique. En effet, la peur permanente de la maladie est une maladie mentale et non physique.

Lutter contre le retour dans la dépression
Résistance aux thérapies : quels sont ses 4 types ?